Jean-François DEROO : Le sens de l’air chevillé au corps

vendredi 8 décembre 2023

AIR Contact N°201 I DÉCEMBRE 2023/JANVIER 2024 LE PORTRAIT DU MOIS par Nicolas CAROF
Jean-François est le fils d’un radionavigateur versé aux effectifs du COTAM. A ce titre, Jean-François grandit au sein de ce monde passionnant et grisant, ce qui a le don naturel de lui faire pousser des ailes. A 15 ans, Jean-François DEROO en couverture de AIR Contact N° 201 - Photo DRJean-François pousse les portes de l’Aéro-Club local et monte pour la première fois dans un Piper PA18, version modernisée du très célèbre J3 Cub. L’odeur mêlée d’huile synthétique, d’Avgas et de skaï, typique du modèle vont graver dans sa mémoire ce qui est une délicieuse madeleine de Proust. Il se fait lâcher lors d’« un moment mystique où je pensais voir mon instructeur me parler » puis passe le brevet avec succès. L’hélicoptère est alors quelque chose pour lui d’inaccessible. Les heures s’enchainent dans la campagne Normande, tantôt pour emmener des amis, tantôt pour emmener de la famille. L’adolescent devenu adulte tente l’Armée de l’Air mais échoue. Qu’importe, il faut rebondir. Jean-François débute alors sa vie professionnelle comme commercial dans les télécommunications au début des années 90. C’est une parenthèse où Jean-François maintient ses compétences en région parisienne sur divers appareils, jusqu’au Beechcraft Bonanza, poussant le total des heures de vol sur avion à 310h.

A la fin des années 90, il entend parler d’un petit hélicoptère économique et révolutionnaire pour l’époque, le Robinson R22. Il décide alors de se lancer et s’inscrit à Brest pour apprendre à piloter. Le brevet est une formalité grâce aux équivalences mais surtout son assiduité puisqu’il est obtenu après 10 mois de formation. L’hélicoptère est alors un virus contracté presque volontairement et Jean-François n’a qu’une obsession, en faire désormais son métier. Un saut dans l’inconnu Jean-François au début travaille l’hélicoptère comme pilote de loisir, mais la passion est telle qu’il en vient même à se présenter à un séminaire professionnel en R22 ! Il décide alors de se donner les moyens de murir le PPL pour pouvoir évoluer vers le CPL. Culotté, le jeune trentenaire provoque la rencontre avec un propriétaire de R22 qui accepte de lui prêter sa machine à un tarif préférentiel pour monter ses heures. Lui et Jean-François en sont restés amis.

Le passage du CPL se fait à la faveur d’un incroyable alignement des planètes avec un financement quasi-total des organismes professionnels. Le CPL obtenu, Jean-François se met en disponibilité de son employeur et active ses réseaux. Ça paye parce qu’un pilote qu’il connait bien et qui a toute confiance en lui, propose de réaliser des vols sur EC120 Colibri, un mono-turbine appartenant à un privé cherchant un pilote. C’est une occasion rêvée de faire de l’hélicoptère plébiscité pour le travail aérien. En 2007 à la faveur d’une restructuration de sa société, Jean-François passe son brevet d’instructeur et quitte définitivement le monde des télécoms. Le sens de l’air chevillé au corps.

Les heures d’instruction le rendent crédible pour se faire embaucher dans différentes structures. Après de multiples expériences de travail aérien et de baptêmes, Jean-François a l’occasion d’intégrer une compagnie aérienne monégasque. C’est l’une des expériences les plus significatives puisque les vols de nuit s’enchainent et en plus sur bimoteur. Jean-François a alors un but : « je voulais mettre ma passion au service des autres, et cette expérience a été un bel atout ! ».

Pilote altruiste
Ces conditions lui sont favorables alors pour intégrer un SAMU. En effet, les pilotes de SAMU sont souvent d’anciens militaires à l’expérience de nuit importante. « Le vol de nuit, c’est quelque chose de presque rédhibitoire si l’expérience est insuffisante pour faire ce métier » précise Jean-François. Ainsi grâce à ses nombreux trajets sur la côte d’Azur dans toutes conditions, en juin 2012, il se retrouve aux commandes de son premier hélico SAMU à Avignon. Le pilote sait qu’il va désormais sauver des vies, mais il doit toujours prendre du recul pour préserver la sienne et celle de son équipage. « Le métier de pilote de SAMU est particulier, on ne sait pas toujours pourquoi on décolle, mais nous sommes quand même le dernier rempart à l’exécution de la mission. Si on estime que c’est trop dangereux, on ne part pas  ».

Métier particulier pour machine particulière. Jean-François a eu l’occasion d’en piloter un durant 4 ans dans le Nord de la France, un formidable et atypique MD902 NOTAR (No tail rotor) hélicoptère sans rotor de queue ! Aujourd’hui, Jean-François officie du coté de Saint-Etienne et parcourt ainsi dans les vallées du Forez aux commandes d’un AH135.
On l’aura compris, Jean-François ne laisse rien au hasard. Même s’il a toujours eu une bonne étoile au-dessus de sa tête, Il s’est toujours donné les moyens pour qu’elle ne disparaisse pas. Il a toujours provoqué le destin pour parvenir à son but. Il a bien conscience que les appelés sont nombreux mais les élus le sont beaucoup moins. Ainsi il peut être fier de regarder dans le rétroviseur pour constater tout le chemin parcouru. Il est également la preuve qu’il n’est pas forcément nécessaire d’avoir une carrière militaire pour se retrouver assis dans une machine faite pour sauver des vies. Le but est atteint ! Source : air-contact.fr

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.